IMPACT ENVIRONNEMENTAL DE L’E-COMMERCE.

LA VENTE EN LIGNE,

LA NEUTRALITÉ CARBONE,

ET L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE.

Le numérique génère 3,8% des émissions des GES, Gaz à Effet de Serre mondiales. Et il consomme 10% de l’électricité globale. En 2021, le secteur produit 57 Millions de Tonnes de déchets. Or, l’IA, Intelligence Artificielle est aujourd’hui, la ressource essentielle qui permet au e-commerce de comprendre et de répondre concrètement aux attentes et exigences des Internautes. Tout aussi évident qu’est l’impact environnemental du numérique, le e-commerce impacte d’autant la nature.

Impact environnemental de l’e-commerce, le client est la pierre angulaire du modèle de la vente en ligne.

Aujourd’hui, les besoins et les désirs des consommateurs sont l’alfa et l’oméga de la démarche des commerçants en ligne.

L’Internaute revendique une économie responsable.

Désormais, un nombre grandissant de consommateurs est sensible à l’urgence environnemental. 70 % des e-acheteurs déclarent privilégier les sites marchands qui mettent en place des initiatives favorables à l’environnement.

Par conséquent, les modèles économiques du commerce en ligne doivent de plus en plus répondre à des exigences d’économies responsables et citoyennes.

Impact environnemental de l’e-commerce, la production des biens et leur livraisons sont mises à l’index.

Car, les différents modes de production et de distribution sont au cœur des préoccupations. Et donc, des modes de production à la livraison à domicile, au retrait en magasin ou en point relais, les biens et les produits, électroniques, vêtements, jouets… cumulent des émissions de GES, gaz à effet de serre, les kilomètres et les distances. Ainsi, ils s’éloignent de fait de la neutralité carbone.

Des solutions alternatives pour survivre.

La crise sanitaire de 20202021, avec ses restrictions et confinements, pousse les boutiques physiques à développer leur modèle de vente. Ainsi pour survivre, elles proposent à leurs clients des solutions omnicanales d’achats. Alors les clients peuvent garder leurs habitudes de consommations et accéder à leurs boutiques par de multiples canaux. Déjà, entre 2019 et 2020, le chiffre d’affaires du secteur passe de 46 à 63 milliards d’euros, soit une hausse de 37%. Désormais le e-commerce atteint près de 13% du commerce de détail. De fait, le nombre de sites marchands actifs progresse de 12%. Et en 2021, on comptabilise 177 000 sites marchands actifs. Cependant, les sites qui comptent le plus grand nombre de clients en 2020 sont : Amazon, Fnac, Cdiscount, E.Leclerc et Veepee.

Impact environnemental de l’e-commerce, la vente en ligne est un secteur hyper concurrentiel.

Les géants du web dominent le e-commerce. Pour se démarquer et survivre dans cette jungle de la vente en ligne, il faut innover. Par définition, un e-commerçant doit tout mettre en œuvre pour vendre. D’abord il lui faut un site Internet que les bots des moteurs de recherches peuvent clairement crawler. Ensuite, l’Internaute arrive sur le site et trouve ce qu’il recherche. Et enfin le but est évidemment de favoriser l’acte d’achat. Alors les méthodes d’Intelligence Artificielle s’imposent pour si peu.

Comment implémenter l’IA sans impacter l’environnement ?

L’Institut du Numérique Responsable lance en Janvier 2021, un groupe de travail sur l’IA responsable. Notamment cette démarche cherche à trouver des solutions pour une utilisation de l’Intelligence Artificielle plus respectueuse de l’environnement. Et ainsi provoquer l’immersion d’une IA éthique.

D’ors et déjà, il existe de bonnes pratiques d’écoconception d’applications intégrant des briques d’IA. À savoir, il faut favoriser la mise en œuvre de technologies existantes de modèles d’IA open source. Car on évite ainsi de dépenser de l’énergie dans des programmes d’entraînements algorithmiques existants.

Impact environnemental de l’e-commerce, la vente en ligne et la charge du poids du bilan carbone neutre.

Alors que 3 consommateurs sur 5, 60% considèrent l’impact environnemental comme un élément important lors du choix de l’option de livraison, seuls 8% indiquent choisir spontanément un mode de livraison vert lorsque le choix leur est proposé. De plus, seuls 37% des Français sont enclins à payer des frais de livraison supplémentaires pour une livraison assurant un bilan carbone neutre.

Les GAFAM investissent dans les EnR.

Tout compte fait, les mastodontes du numériques ne comptent pas réduire pour autant leur consommation d’énergie. Alors les GAFAM investissent dans les Énergies Renouvelables. Ainsi, Facebook utilise uniquement l’énergie verte pour ses travaux de R&D, Recherche et Développement. Microsoft s’engage à capter dans l’atmosphère d’ici 2030 l’équivalent de 100% de ses émissions de CO2 depuis sa création.

Impact environnemental de l’e-commerce, une vente en ligne vertueuse.

Des principes du numérique responsable existent et peuvent aider le e-commerce à maintenir et entretenir une

  • démarche écoresponsable pérenne.
  • Héberger les sites dans un green center,
  • Stocker les données internes dans des éco datacenters,
  • éco-conception du site, etc…

Car, l’empreinte carbone d’une boutique en ligne est aussi fonction du poids de la page, du nombre de requêtes etc.

Enfin, la prise en compte les émissions non réductibles est tout aussi envisageable. Et dans cette posture, l’e-commerçant peut poser des actes de compensation carbone en participant au financement de projets de réduction, de captation et ou de séquestration des GES.

Optimiser les flux.

D’après une étude de France Stratégie, du Conseil général de l’environnement et du développement durable et de l’Inspection générale des finances, la fréquence d’achats en ligne, est en constante hausse, et l’optimisation du service client génèrent encore plus d’émissions de gaz à effet de serre et de particules fines. Notamment, nous parlons de la distribution en moins de 24 heures, de la division de la commande en plusieurs trajets, du retour gratuit

L’enjeu essentiel est d’abord le flux de marchandises, le transport. La seule façon de réduire l’impact des livraisons est d’optimiser les tournées en mutualisant les trajets. Il faut vraiment inciter les commerçants à ne plus diviser les commandes comme c’est trop le cas aujourd’hui. Confirme Frédéric Bordage, fondateur du collectif d’experts GreenIT.fr.

Impact environnemental de l’e-commerce, le potentiel de l’IA.

L’IA peut servir de levier pour décarboner la chaîne de valeur d’un e-commerce. En effet, les différentes applications peuvent aider à calculer les trajets de livraison les plus courts,

  • optimiser les tailles des colis pour éviter d’envoyer du vide, etc.
  • aider à la prise de décision
  • localiser les fournisseurs et autres partenaires commerciaux les plus respectueux de l’environnement,
  • auditer le e-commerce pour indiquer les actions de réduction carbone à mener…
  • analyser les causes des retours colis, et déterminer les solutions pour les éviter.
  • prédire les ventes plus précisément et donc gérer son stock en flux tendu,
  • rationaliser les commandes fournisseurs ainsi que la fabrication des produits, source d’émission de carbone et de dépenses d’énergie etc.
Les efforts des pouvoirs publics.

En Février 2021, le gouvernement Français intervient dans un rapport et propose des mesures pour atténuer l’impact environnemental du e-commerce.

  • Instaurer un label commerce en ligne durable, pour permettre aux clients d’identifier clairement les acteurs du marché les plus responsables.

  • Favoriser l’omnicanalité des entreprises Françaises de type TPE/PME. L’objectif est de redynamiser le commerce local et donc d’encourager le circuit-court etc.

Impact environnemental de l’e-commerce, la mobilisation des géants du commerce numérique français.

En juillet 2021, 15 géants du e-commerce Français signent devant le gouvernement une charte d’engagement pour tendre vers plus de respect de l’environnement. Ainsi, Cdiscount, La Redoute, Rakuten, Veepee, Ebay, Fnac-Darty, Maison du Monde, Otelo, Rosa, Sarenza, Lentillesmoinscheres.com, SOS Accessoire, Showroomprive.com et la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, FEVAD s’obligent à réduire leur empreinte carbone avec des efforts concrets sur :

  • le volume des emballages pour au moins 75% des produits ou des colis d’ici au 31 décembre 2024,

  • la transition vers des véhicules de livraison à faible émission,

  • et une communication plus lisible avec les clients pour des achats plus responsable. Donc, informer le consommateur de l’impact environnemental de la livraison. Par exemple en lui proposant, à partir du 1er janvier 2023, plusieurs modalités de livraison des produits et en précisant la modalité qui a le plus faible impact sur l’environnement etc.

La vente en ligne passe au vert.

L’urgence est presque tangible. L’e-commerce et le secteur du numériques doivent amorcer une bonne fois pour toute, le virage d’une économie responsable et citoyenne. L’Internaute client est de plus en plus exigent.

Nos comportements de consommation évoluent. Nous faisons plus attention à l’origine des produits, leur constitution, leur fabrication, leur impact environnemental etc. En effet, le consommateur veut dorénavant des e-commerces respectueux de l’environnement, pour une vente en ligne plus écologique, éthique et équitable.

Ok de-MEDEIROS

SOURCES : https://www.fevad.com/reduire-limpact-environnemental-du-commerce-en-ligne-18-nouvelles-entreprises-signent-la-charte-dengagements-avec-le-gouvernement-et-la-federation-du-e-commerce-et-de-la-vente-a-di/ , https://www.ecologie.gouv.fr/chartes-dengagements-volontaires , https://www.latribune.fr/entreprises-finance/transitions-ecologiques/le-e-commerce-est-il-un-fleau-ou-une-opportunite-pour-l-environnement-902303.html, https://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/1508353-e-commerce-concilier-innovation-et-respect-de-l-environnement /, https://www.la-croix.com/Economie/Quel-limpact-environnemental-commerce-ligne-2021-03-13-1201145412, https://business-cool.com/actualites/actu-business/acteurs-e-commerce-engagement-environnement/ , https://www.moustique.be/actu/environnement/2022/02/08/e-commerce-quel-impact-sur-lenvironnement-226979, https://www.affiches-parisiennes.com/les-francais-redoutent-l-impact-du-e-commerce-sur-l-environnement-12373.html, https://bulletindescommunes.net/impact-e-commerce-environnement-preoccupation-grandissante/, https://www.info-ecommerce.fr/2022880/e-commerce-comment-mettre-en-place-une-logistique-eco-responsable, https://www.lsa-conso.fr/impact-du-e-commerce-une-etude-devoile-de-nombreuses-surprises,378663, https://www.la-croix.com/Economie/Lemballage-nouvel-ennemi-commerce-electronique-2021-12-19-1201190975, https://www.strategie.gouv.fr/publications/filieres-de-commerce-ligne-de-logistique-responsables-premieres-signatures-chartes, https://www.widoobiz.com/2021/09/16/le-e-commerce-vert-objectif-atteignable-ou-veritable-illusion/, https://jai-un-pote-dans-la.com/e-commerce-5-tendances-a-suivre-pour-2022/

https://www.etourisme.info/les-gafam-sont-ils-les-futurs-leaders-des-energies-vertes/, https://www.freepik.com/free-photo/online-purchasing-payment-e-commerce-banking_17432760.htm#query=e-commerce&position=2&from_view=search