LA MUSIQUE ET L’INDUSTRIE.

LES VENTES RECORDS

LIBÈRENT DU CORTISOL.

La musique est un espace de liberté, d’émotion et de partage. Elle nous accompagne sur nos parcours de vies. Elle active une zone du cerveau qui influence notre état d’esprit. Elle apaise parce qu’elle libère différents neurotransmetteurs tels que la dopamine, l’ocytocine, la sérotonine et les endorphines. Ce sont les hormones du bonheur. D’ailleurs, on les caractérise sous l’acronyme DOSE. Quel est donc le lien entre les battements de la mesure et le rythme cardiaque ? Ou encore pourquoi la mélodie se grave dans nos mémoires alors que le nom du groupe ou du chanteur nous échappe ?

La musique et l’industrie musicale.

En 2021, les ventes de musique mondiales affichent un record historique. 26 milliards de dollars selon les derniers chiffres de l’Ifpi Fédération internationale de l’industrie phonographique. En effet, le précédent record remonte en 1999 avec 24 milliards de dollars. Au top des charts, le groupe coréen de K-Pop BTS, l’artiste américaine Taylor Swift, la chanteuse anglaise Adele, le rappeur canadien Drake, Ed Sheeran, The Weeknd, Billie Eilish, ou encore Justin Bieber.

Les ventes de CD et de vinyles progressent.

Le streaming pèse désormais 65% du total des revenus mondiaux de la musique. D’ailleurs, les plate-formes de streaming , Spotify, Deezer, Amazon Music, Apple Music totalisent 523 millions d’utilisateurs payants de par le monde. Et pour la première fois depuis 20 ans, les ventes de CD chiffrent à 5 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

La musique et l’industrie, l’esprit et le corps.

La musique comme le langage universel de l’espèce humaine. Henry Longfellow, écrivain américain 1835. Comme toujours, la musique nous témoigne qu’elle est transfrontalière et transculturelle comme toujours. Puisqu’elle est universelle elle joue, sur le mental et le physique des êtres humains. Car la musique libère différentes substances qui ont un rôle clé sur la motivation, la productivité et le bien-être. Effectivement, des radiographies confirment l’illumination des centres de plaisir du cerveau au son de la musique.

Un langage universel.

Au début du XXème siècle, les mélodies américaines conquièrent progressivement les musiques populaires françaises. Le jazz après la Première Guerre mondiale et le rock après la Seconde Guerre mondiale. De même, le rap américain, les musiques africaines et orientales, influencent aussi les jeunes européens, notamment les jeunes Français. Les générations Y et Z et de plus en plus tôt encore.

La musique et l’industrie dans les relations familiales.

Dans le livre Les Bienfaits de la musique sur le cerveau, Emmanuel Bigant, souligne que les disciplines musicales ont une importance fondamentale dans le développement de la sphère cognitive. La musique est un support à la concentration, et à l’apprentissage du langage. Elle stimule ainsi la mémoire. En 2015, trois chercheuses de l’Université de Montréal pour conclure leur expérience sur les bébés affirment l’influence capitale des chants pour bébés sur la maîtrise des émotions dès leurs âges.

Les capacités cognitives.

D’après la science, les capacités visuelles, spatiales, verbales et mathématiques sont meilleures quand un enfant pratique un instrument de musique. Et bien évidemment ceci vient en comparaison avec un enfant qui ne joue d’aucun instrument. En Floride, aux États-Unis d’Amérique, la Beethoven’s Babies Bill oblige les garderies publiques à faire écouter de la musique classique aux enfants.

La musique et l’industrie, biologie.

D’autre part, d’un point de vue organique, la musique favorise la diminution du rythme cardiaque. Et enfin, elle régularise la tension artérielle ainsi que la fréquence respiratoire. Et c’est tout aussi clair qu’en cas de stress, ces trois facteurs s’activent.

La musique médicale.

C’est par exemple quand les neurologues conçoivent des chansons pour accompagner des malades en proie à la douleur ou à l’anxiété. Ils projettent ainsi déclencher une forme d’hypnose acoustique. Et Comme le patient est détendu et ne bouge pas, cela favorise le confort du chirurgien pour pratiquer ses gestes. De plus, un patient détendu n’a pas mal pendant et après la chirurgie. Il sollicite donc moins le personnel soignant, affirme le Docteur Gilles Guerrier de l’hôpital Cochin à Paris. Du coups, on injecte moins de sédatifs aux patients.

La musique et l’industrie réduisent le stress.

Quand le stress monte, s’essayer donc à la musique avant d’envisager quelqu’ autres solutions est toujours salvateur. En effet, l’université McGill au Canada publie en 2013, La neurochimie de la musique. Et les professeurs Levitin et Chanda y mettent en évidence le fait que, quels que soient les individus, l’écoute de la musique réduit le taux de cortisol dans l’organisme. Par conséquent, elle pénalise et annihile l’apparition du stress, des troubles de l’anxiété et des états anxiogènes. L’écoute de la musique est une façon naturelle d’augmenter sa joie de vivre.

la musique diminue l’anxiété.

Dans le stress, le système nerveux secrète de l’adrénaline et du cortisol. Or, lorsque la glycémie augmente, le niveau de stress augmente lui aussi. Et c’est là que la mélodie qu’on aime peut intervenir pour baisser la sensation de stress. De même cette mélodie diminue la production du cortisol, la tension artérielle et même la fréquence cardiaque.

La musique et l’industrie régulent le niveau de cortisol.

En effet , l’activité musicale réduit le niveau de cortisol, c’est l’hormone du stress. La musique est un stimulateur neurologique. Et elle provoque un apaisement de l’organisme, ainsi qu’une amélioration de l’humeur.

Elle renforce l’engagement des sportifs.

La musique améliore grandement l’activité physique et la tolérance à l’effort. Ainsi elle influe sur la motivation et les performances des sportifs. Car la musique influence la perception de l’effort. Voir l’article scientifique de The Sport Journal, « Music in Sport and Exercise. Bon nombre d’entre eux s’entraîne en musique, parce qu’elle détourne l’attention de la fatigue et de la douleur. D’autre part, elle est bonne pour la préparation mentale avant toute production d’effort physique.

La musique et l’industrie et le travail.

Plus de 80% des Français estiment qu’ au travail la musique booste leur productivité. Et nous sommes ici dans une démarche scientifique. Effectivement, en 2017, le réseau social professionnel LinkedIn mène cette étude auprès de 13 383 personnes. Ainsi dans le panel, ou trouve les États-Unis, l’ Australie et l’Europe. La synthèse de l’analyse, se réalise en partenariat avec le service de musique en ligne Spotify.

C’est un anti-douleur universel.

La musicothérapie est une thérapie au cours de laquelle un psychothérapeute utilise la musique pour aider les personnes à exprimer et à gérer des sentiments difficiles. Et ainsi, faire sortir de l’esprit et du corps les émotions douloureuses. Quand on écoute de la musique, on plonge dans une symphonie neuronale. Car elle active simultanément différentes parties du cerveau. D’ailleurs, la musicothérapie existe depuis.

Écouter de la musique ou chanter pour se soigner.

Sous la douche ou en écoutant la radio, chanter est une façon d’entrer dans le vif du sujet. C’est effectivement très efficace pour se se rassurer et décharger de l’énergie tout simplement.

La musique et l’industrie ne sont pas anti insomnie.

Par exemple, la connexion de la musique douce ou classique avec le cerveau permet de se relaxer, de diminuer le stress et d’augmenter la qualité du sommeil. Ainsi, pour se relaxer, il ne faut jamais minimiser l’impact de la musique sur le cerveau. Ainsi, elle aide à combattre le manque de sommeil, améliorer la fonction immunitaire. C’est- à- dire qu’elle stimule la production d’immunoglobuline A. C’est la globuline du plasma qui joue le rôle d’anticorps et possède des propriétés immunitaires.

La musique adoucit.

La musique adoucit les mœurs, Aristote, philosophe grec de l’Antiquité. Aujourd’hui, elle est dans sa mission et dans ses objectifs marketing . Quel que soit le lieu, quel que soit le moment, quel que soit le support ou terminal. Any time, anywhere, any device. Dans la voiture, à la maison, à la radio, sur le web. Dans les transports, dans les magasins ou encore dans les restaurants, les bars et les discothèques. Quand la musique, la voix, la respiration, les mots, les mouvements et les corps entrent en résonance.