MUSIQUE & DIVERTISSEMENT.

LE RAP, PREMIÈRE

MUSIQUE

DE FRANCE.


Le rap émerge au milieu d’un amoncellement de négativité, de décom-position et de misère.

Personne ne peut à l’avance prédire une telle explosion de créativité dans un endroit si justement qualifié de ville du désespoir ou encore de ghetto des ghettos. Nous sommes en 1974, dans le South Bronx à New York aux Etats Unis d’Amérique.

Le rap d’ alors est l’ expression sincère de cette population d’ infortunés. Elle rencontre enfin son média. Le rap séduit et envoûte de suite la jeunesse autochtone. Désormais les gamins sont fiers d’habiter ce quartier que l’on s’ ingénue à qualifier de pire taudis d’Amérique.

Le rap est une branche d’un mouvement culturel et musical.

Ce souffle nouveau qui sort de nulle part, que rien auparavant ne présage ni n’envisage se caractérise rapidement sous 4 formes essentielles. Nous avons la danse qui se manifeste par le breakdance, les arts graphiques par le graffiti, le deejaying et le rap. Ces spécialités se réunissent et s’assemblent pour ne plus former qu’une seule et unique discipline le hip-hop. Les sessions jams dans les parcs et les foyers municipaux accessibles à toutes et à tous activent le bouche à oreille. L’ avènement du hip-hop est si impactant qu’il conquiert les USA en un temps record. Son infusion dans la société américaine est plus rapide que l’effet d’une traînée de poudre. Ce mouvement transforme le Sud Bronx en mine d’or. Nous parlons aussi bien d’une richesse spirituelle que matérielle. La jeunesse de ce ghetto a dorénavant son langage et est digne de son quartier qui devient mythique et porte avec respect le nom de Boogie Down.

La naissance d’un mouvement.

Le détonateur de toute cette explosion de créativité s’appelle DJ Kool Herc, de son vrai nom Clive Campbell. Effectivement, il s’agit dans un premier temps d’apporter de la vie, de la positivité et de l’animation à un quartier et une ville dévastés. Dj Kool Herc est originaire de la Jamaïque. Il est au courant des sound systems qui sont des techniques d’animations musicales prisées dans cette partie du monde. Il met alors ses connaissances au service de l’animation dans son quartier quand l’occasion se produit. Il adapte en conséquence la technique des sounds systems aux réalités et aux goûts du Bronx. Il commence de fait à ne plus jouer que les parties rythmiques des chansons et les répète indéfiniment pendant ses animations. Il puise ses ressources dans les morceaux classiques et les hits du moment. Cela va de la funk, du rock, du blues, du jazz, du disco au folk etc. Imaginons nous trémousser que sur les parties rythmiques de Apache de The Incredible Bongo Band , ou Give It Up or Turn It Loose de James Brown. L’essayer c’est l’adopté ! Du pur orgasme sonore qui porte la piste de danse à son paroxysme. C’est de la pure adrénaline. Plus tard, la rencontre entre dj Kool Herc et Afrika Bambaataa donne naissance au rap.

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.

J'accepte

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.

J'accepte

Qu’est-ce que le rap ?

Le rap est un mouvement culturel et musical qui tire ses origines du hip-hop. La diction est hyper rythmée et l’ usage de la rime fait partie intégrante du rap. Les rythmes sont de type 2/2 ou 4/4. Le tempo va généralement de 85 et 110 pulsations par minutes. Et aujourd’hui cette musique évolue et assume de nouvelles caractéristiques. Le rap se fonde sur l’improvisation ou la récitation chantée de textes souvent révoltés et radicaux à ses origines. Enfin, pas vraiment, parce qu’ à ses tout débuts le rap est un outil d’animation qui agrémente le mix du deejay par de courtes interventions afin d’ haranguer la foule, avant de se fondre dans son contexte socio-politique.

Le rôle social du hip-hop.

Effectivement, le rap naît en pleine période de troubles et de revendications aux USA.

Le défenseur des droits civiques, Martin Luther King venait de disparaître tout en laissant en héritage la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté en 1963 et son discours I have a dream. Malcolm X et les Black Panthers inspirent encore aujourd’hui bon nombre de rappeurs. Culturellement les Last Poets avec leurs spoken words sont une ressource essentielle au début du rap de même que les techniques des griots africains, les dub jamaïcains avec des artistes inspirants comme U.Roy etc.

Le rap joue un rôle social dans la société, comme le foot-ball en l’occurrence, par exemple. Il est tellement présent dans nos habitudes que nous pouvons dire qu’à l’instar du footballeur, tout le monde est rappeur. C’est aujourd’hui une activité périscolaire prisée aussi bien chez les enfants que chez les adolescents.

Rappaer’s Delight de Sugarhill Gang est le premier tube international de rap. La France ne peut pas rester étrangère à cette irruption. Le mouvement hip- hop touche alors la jeunesse des cités.

Les prémices de la surchauffe à la française.

La France participe aux début du rap, en live and direct du Bronx grâce au journaliste Bernard Zerki, Laurence Touitou et Sophie Bramly. Ils habitent New-York, côtoient les premiers activistes hip-hop et rapportent leur nouvelle passion dans l’hexagone au début des années 1980.

Sidney, dès 1981 sur Radio 7, Phil Barney puis Dee Nasty sur Carbone 14 en profitent pour diffuser leurs disques. Dee Nasty anime ensuite sur Radio Nova une émission hebdomadaire, Deenastyle, qui sert de tremplin à la première génération des rappeurs français dont les futurs Suprême NTM, Assassin, Timide Et Sans Complexe etc.

Les danseurs, s’ organisent en groupes et se défient sur le parvis du Trocadéro. Dès 1982, DJ Chabin officie le dimanche après-midi au Bataclan.

En 1984, Sydney fait plus fort encore et ramène le hip-hop à la télévision avec l’émission H.I.P.H.O.P. La sauce monte. Avec les années 1990, c’est la déferlante, les premières compilations apparaissent, Rapattitude. Dans la foulée, Assassin, Ministère A.M.E.R, MC Solaar, Suprême NTM et IAM publient leur premier album.

À la télévision, l’émission Rapline, sur M6 tombe à pic.

La scène française est bouillonnante. Après ses 10 ans de maturation underground 1980-1990, le rap français entre dans son ère commerciale.

Et quand Skyrock s’en accapare, badaboom ! Le rap devient la première musique de France.

La base du rap est de dire qui on est, de trouver sa propre façon de parler et de créer un lien avec la personne qui écoute. Il n’y a pas un seul style de rap mais tout un arc-en-ciel de musiques, dit Olivier Cachin, auteur et spécialiste du rap : Il y en a pour tout le monde.

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte

                                                                                                                                                                                                         Ok de-MEDEIROS.

Sources : The new beats, culture, musique et attitudes du hip- hop S. H. Fernando Jr., https://ptitlibe.liberation.fr/p-tit-libe/2019/02/07/c-est-quoi-le-rap-exactement_1707597, https://www.telerama.fr/musique/les-debuts-du-hip-hop-racontes-par-deux-zulu-queens,72265.php, https://biblio.vincennes.fr/sites/default/files/fichiers/page/naissance_rap_francais_presentation_selection.pdf, https://www.youtube.com/watch?v=mcCK99wHrk0