L’ÉNERGIE DES OBJETS CONNECTÉS.

INTERNET DES

OBJETS ET

DURABILITÉ.

L’un de nos défi contemporain est d’arriver à faire fonctionner des data center uniquement à l’aide d’énergies renouvelables. Car, le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat, GIEC  prévoit une augmentation de 2 degré Celsius des températures moyennes terrestres d’ici 2050. D’ailleurs, nous décrions dans nos quotidiens des effets du dérèglement climatique. Et ça urge. Avec l’IoT, nous gagnons en productivité, sécurisons les processus, et ajustons la production aux besoins du client. Dans quelles mesures alors l’Internet des Objets peut nous aider à résoudre nos soucis de dérèglements climatiques.

L’énergie des objets connectés, des besoins disparates de quantité d’énergie.

L’expérience démontre clairement que tous les objets électriques de nos quotidiens n’ont pas besoin de la même quantité d’énergie pour fonctionner. Et à juste titre, nous disposons aujourd’hui d’une technologie qui permet d’adapter à chaque objet ses besoins énergétiques. Donc, la recherche systématique de la performance n’a plus lieu d’être quant on parle d’IoT durable. Car, il est plutôt question ici de répondre à un besoin réel d’utilisateur par une technologie avec la plus petite empreinte environnementale possible. Désormais, nous parlons de sobriété numérique.

Des objets connectés durables.

En effet, la plupart des besoins utilisateur IoT converge vers des remontées d’informations peu volumineuses. Donc c’est judicieux d’adopter une approche Low Tech. Et choisir en conséquence un réseau peu énergivore que d’utiliser les réseaux cellulaires hyper performantes. En substance, grâce à ce protocole les objets connectés peuvent utiliser la même pile de capteur IoT pendant 10 à 25 ans. Et c’est ainsi que les utilisateurs et les exploitants des nouveaux services numériques réduisent l’impact environnemental des technologies qu’ils consomment.

L’énergie des objets connectés, les réseaux basse consommation.

Effectivement LoRaWAN, Long Range Wide- area ou réseau étendu de longue portée, existe depuis 2012. Cette technologie permet l’échange de données de faibles tailles en bas débit entre des objets connectés. Ainsi, elle intègre le domaine de l’Internet des Objets. Son débit est alors plus faible que celui de la 2G. Et elle utilise à la fois les fréquences radio libre et Internet. LoRa n’est pas gourmande en débit et en énergie. Elle est donc très économique pour l’utilisateur et l’exploitant . D’autre part, elle propose une très bonne capacité de pénétration des bâtiments, des caves et autres sous- sols.

La standardisation du protocole LoRaWan™

Par ailleurs depuis 2021, LoRaWAN est officiellement une norme ou un standard de l’Union Internationale des Télécommunications, UIT. Au même titre que la 5G , le Wifi ou le Bluetooth en l’occurrence.

Ainsi donc, cette standardisation permet de garantir une interopérabilité parfaite entre les différents opérateurs. Un des nombreux avantages de ce protocole est que le débit du réseau s’adapte à chaque objet pour ne pas grignoter trop de bande passante.

L’énergie des objets connectés, l’edge computing.

L’Edge computing c’est le traitement de l’information en périphérie et non plus sur un système informatique central, en l’occurrence un data center. Ainsi, on brise l’envoi de flots continus d’informations vers le Data Center. Car avec l’Edge Computing, on embarque l’intelligence artificielle dans l’objet. Il se charge alors de traiter en local les données, et les trier. Par conséquent, il n’envoie vers le cloud que les données nécessaires à l’usage retenu. Cette façon de faire réduit l’impact environnemental parce qu’elle amoindrit la consommation énergétique.

Le ciblage technologique de l’usage.

Donc, c’est pertinent d’adapter les différents types d’usages en fonctions des technologies disponibles. Par exemple, la vidéosurveillance nécessite une forte bande passante et une instantanéité irréprochable. Alors que le monitoring souterrain des réseaux d’eau demande des réseaux peu énergivores donc durables.

L’énergie des objets connectés, l’empreinte environnementale d’usages IoT avec leurs pendants non-IoT.

Le marché de l’IoT se porte plutôt bien, malgré la pénurie de puces qui doit se prolonger jusqu’en 2024 et peut être même au-delà. D’ailleurs, le déploiement de nombreux projets vont faire monter le nombre d’objets connectés dans le monde à plus de 14,5 milliards de produits d’ici fin 2022. Par exemple pour l’éclairage dans le tertiaire, on observe un gain en moyenne de 30% de réduction de l’empreinte carbone avec des Led connectées, par rapport à un éclairage Led sans capteur. Et le gain est encore plus important si on fait la comparaison avec de l’halogène.

L’IoT favorise l’émergence d’une boucle vertueuse.

Faire des économies de coûts, de taille et d’énergie sont les fondements des capteurs, des traqueurs et autres outils de relève aussi bien dans leur fonctionnement naturel que dans les services qu’ils délivrent. Or, le système se déplace de plus en plus d’un modèle centré produit vers un modèle centré services. Car, l’intégration de capteurs au sein de certains matériels permet aujourd’hui de mettre à jour le support en question et d’améliorer le service associé. Ainsi on diminue la fabrication des nouveaux produits. De fait, on impacte la consommation de masse.

L’énergie des objets connectés, vers la fin de l’obsolescence programmée.

Nous vivons actuellement un changement de paradigme. Et l’Iot joue un des premiers rôle pour tendre vers un monde plus durable. En effet, l’Internet des Objet se met à la fois au service de l’entreprise et de l’environnement. Avec ses capteurs, il favorise le suivi des ressources qui ajustent leurs consommations en temps réel. Donc, c’est on ne peut plus clair que nous entrons dans une nouvelle ère révolutionnaire. Du moins, le champ des possibles semble en expansion sur la question de la résolution des enjeux environnementaux du 21ème siècle.

Au sujet du CEA.

Le Commissariat à l’Énergie Atomique, CEA, est un acteur majeur de la recherche, du développement et de l’innovation au service de l’État, de l’économie et des citoyens. Il intervient et apporte des solutions dans les domaines de la transition, du développement et de l’innovation… Selon le Clarivate 2022, il se classe pour la 10ième fois parmi les 100 premiers innovateurs mondiaux. D’autre part, il participe à l’amélioration de la compétitivité des entreprises de tous les secteurs par la création de produits performants et différenciants. Par ailleurs le CEA apporte des solutions novatrices pour éclairer les évolutions de notre société.

L’énergie des objets connectés, le Soitec.

Leader mondial de la production de matériaux semi conducteurs innovants, Soitec mène une stratégie d’innovations disruptives pour permettre à ses clients de disposer de produits qui combinent performance, efficacité énergétique et compétitivité. En effet, on utilise ces matériaux pour fabriquer les puces qui équipes les smartphones, les tablettes, les ordinateurs, les serveurs informatiques ou les data centers. En 2021, l’entreprise française Soitec adopte sa raison d’être pour refléter ses ambitions et engagements, Nous sommes le terreau innovant de technologies intelligentes et économes en énergie, qui transforment durablement nos vies quotidiennes. Soitec, SmartSiC™ et SmartCut™ sont des marques déposées de Soitec.

GlobalFoundries®.

GF est le deuxième fabricant de semi conducteurs au monde après TSMC. Global Foundries est une source de technologies de confiance pour ses clients. Car, l’entreprise développe et fournit des méthodes de fabrication d’une grande richesse fonctionnelle qui assurent des performances de premier plan à des marchés en forte croissance.

L’ énergie des objets connectés, STMicroelectronics.

ST est une multinationale franco -italienne, qui avec ses 48000 créateurs, conçoit, fabrique et commercialise des puces électroniques, des semi-conducteurs en somme. Elle est l’un des tout premiers acteurs mondiaux de ce secteur économique. Cette entreprise collabore avec plus de 2.000.000 de clients et des milliers de partenaires. Avec ces derniers, ST conçoit et crée des produits, des solutions et des écosystèmes qui répondent à leurs défis et opportunités. D’ailleurs, STMicroelectronics contribuer à un monde plus durable. Les technologies de ST permettent une gestion plus efficace de l’énergie et de la puissance. De même, elles favorisent le déploiement à grande échelle de l’Internet des objets ,IoT et de la 5G. Enfin ST s’engage à atteindre sa neutralité carbone d’ici 2027.

Ok de-MEDEIROS

SOURCES : https://www.villeintelligente-mag.fr/Comment-rendre-l-IoT-plus-durable_a1205.html, https://www.journaldunet.com/ebusiness/internet-mobile/1510079-ouassim-driouchi-bearingpoint/, https://www.objetconnecte.com/le-marche-iot-2021/, https://www.journaldunet.com/ebusiness/internet-mobile/1505341-iot-pari-gagnant-pour-l-environnement/, https://www.labourseetlavie.com/actualites-economiques-et-financieres-actualites/des-acteurs-leaders-du-semi-conducteur-accelerent-la-feuille-de-route-du-fd-soi-de-prochaine-generation-pour-lautomobile-les-applications-iot-et-mobiles#top, https://www.objetconnecte.com/iot-et-durabilite-impact-environnemental/, https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-criteo-et-inria-s-allient-pour-developper-une-ia-de-confiance-86301.html, https://www.objetconnecte.com/dossier-iot-recyclage/, https://www.zdnet.fr/actualites/l-iot-environnemental-quelle-place-dans-le-plan-climat-des-villes-39932895.htm, https://www.lemoniteur.fr/article/accelerer-sur-l-iot-pour-rendre-le-smart-building-vraiment-intelligent-evolutif-et-durable.2148729, https://www.strategie.gouv.fr/actualites/impact-societal-environnemental-de-linternet-objets, https://www.journaldunet.com/ebusiness/internet-mobile/1507927-les-tendances-technologiques-pour-une-planete-durable-et-plus-intelligente/, https://www.informatiquenews.fr/les-apports-du-edge-computing-pour-un-monde-plus-durable-sebastien-verger-dell-83317, http://www.economiematin.fr/news-tendance-internet-objets-analyse-2022-futur-fourtet, https://www.objetconnecte.com/tout-savoir-reseau-lora-bouygues/, https://www.usinenouvelle.com/editorial/les-5-secteurs-les-plus-connectes-dans-l-iot.N867985