LA FIBRE DE CHANVRE BIO.

DE LA GRAINE À LA TIGE 100% ÉCOLOGIQUE.

La France est le premier producteur de chanvre de la communauté Européenne avec une surface de 17 900 ha en 2020. C’est l’homme de la préhistoire qui apprivoise le chanvre en premier. Par ailleurs, il fait partie de la famille des plantes à fibre. Le chanvre se cultive entre le printemps et l’automne. Et de la tige à la graine en passant par la fibre, rien ne se perd, tout se transforme.

En substance, le chanvre s’utilise aussi bien dans l’alimentation que dans la santé ou la construction.

La fibre de chanvre bio à l’ère moderne.

L’empreinte écologique de la mode n’est plus du tout une surprise pour qui que ce soit. D’ailleurs, l’explosion de la fast fashion aux débuts des années 2000 éclipse totalement dans un premier temps cet aspect négatif de cette mode sur la nature. Puis petit à petit, le grand public s’empare totalement de l’empreinte écologique de la mode. Il fait des investigations et découvre que les fibres synthétiques sont non biodégradables et qu’on en retrouve par milliers de tonnes dans les océans et dans l’estomac de toute la faune aquatique. Et d’un autre coté, le coton conventionnel se traite quasiment avec des OGM et épuise la terre de ses ressources en H2O.

Le chanvre a une histoire particulière avec la France.

Le chanvre est une une culture ancestrale en France. Historiquement, le Maine et Loire est une région favorable à la production de sa semence. Nota béné : le département français de Maine-et-Loire, 49 est un territoire qui reprend en grande partie les limites de l’ancienne province d’Anjou, inscrit depuis 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Et surtout si aujourd’hui la culture du chanvre se redynamise un peu partout dans le monde ; c’est grâce à cette exception française qui n’a que cesse de reconnaître en cette plante ses valeurs intrinsèques.

Le papier sauve le chanvre.

Dans les années 1960, les autorités interdisent l’usage des fibres textile de récupération pour l’industrie du papier extra fin, en particulier dans la fabrication du papier à cigarette. Car il y’ a du nylon et des fibres synthétiques dans le textile de récupération. Cette décision profite directement au chanvre et relance ainsi sa production. Notons par ailleurs qu’il y’ a un autre facteur qui oriente cette décision dans cette direction. Et c’est entre autre la fabrication des papiers à lettre haut de gamme.

La culture de la fibre de chanvre bio.

Le chanvre fait partie d’une famille unique en agriculture. Car il rompt le cycle des maladies. Comme toutes les cultures de printemps, le chanvre dissout les assolements à base de cultures d’automne et freine la reproduction des adventices qui ne sont qu’autre chose que de la mauvaise herbe.

La culture du chanvre participe activement à l’augmentation de la biodiversité ordinaire, animale et végétale tout au long de son cycle de culture. Naturellement résistante à des nombreuses maladies, la présence de cette biodiversité ne nuit pas à sa croissance. Elle peut donc atteindre facilement 5 mètres de hauteur. Avec ses racines profondes, les plants de chanvre aèrent le sol pour les cultures suivantes. La culture du chanvre lutte aussi contre l’hydromorphie, augmentation du taux de carbone du sol.

La fibre de chanvre est 100% bio.

Le chanvre est une plante écolo car elle réduit l’IFT, Indicateur de Fréquence des Traitements phytosanitaire en végétation. Et en plus elle consomme peu d’eau, d’intrants et de travail mécanique… Ainsi sa culture ne nécessite pas d’irrigation et n’est pas non plus sensible à la verse. Il favorise donc le développement et l’action de la microflore et de la microfaune du sol. Cette action est un gage de son bon fonctionnement.

Une plante extrêmement résiliente.

En bio comme en conventionnel, le chanvre est quasiment insensible aux maladies et aux insectes. Il n’a besoin d’aucun fongicide ou insecticide. Et dans de bonnes conditions, c’est une plante étouffante qui ne nécessite aucun désherbage, ni chimique, ni mécanique. La culture du chanvre s’enserre aisément dans une rotation en agriculture biologique.

Quels sont les intérêt de la culture du chanvre ?

L’Europe cultive le chanvre principalement pour :

  • sa graine, riche en Oméga 3 et 6, en protéines et en vitamine E

  • dans l’alimentation humaine, nous avons le beurre de chanvre des pays baltes par exemple,

  • ou en complément alimentaire du bétail ou des volailles ; ces produits améliorent la fertilité des mâles,

  • ses molécules biochimiques d’intérêt pharmaceutiques

  • sa fibre, le phloème,

  • la filière des agro matériaux utilise la fibre, la chènevotte et le xylème pour le bâtiment, les matériaux composites, les géotextiles, les paillages et la papeterie,

  • et l’huile jouie d’une très bonne réputation pour les peintures.

Enfin, de nombreuses traces étymologiques, expressions populaires et lieux dits sont encore présents par exemple, canevas, Cannebière, chènevière, cravate de chanvre…

La filière textile et habillement.

De plus en plus d’acteurs s’engagent dans la reconstruction de cette filière. Ainsi, on voit renaître ci et là, les techniques pour travailler soit les fibres de chanvre longues, soit les fibres semi longues, soit les fibres courtes cotonisées et ou soit les fibres cellulosiques de chanvre.

L’association LCBio est un acteur dans la recherche et développement.

L’association LCBio est un acteur dans la recherche et développement. Elle a le soutien de :

  • l’Agence de l’Eau,

  • la DRAAF et la région Normandie.

Ainsi depuis 2017, LCBio s’active dans la mise en place de process de fabrication de fibre de chanvre longue de qualité et la recherche de solutions mécaniques pour les récoltes

Les balbutiement de la mécanisation de cette initiative locale.

Fin 2018, l’association conquiert une faucheuse/parallélisées chinoise qu’elle adapte à son exigence de fauchage. Après certaines modifications et la fabrication d’un disque coupeur, l’association atteint ses objectifs et  tient son mètre de tige au fauchage.

Les débuts de création d’un écosystème local.

LCBio et ses différents partenaires valident les différentes étapes, du fauchage à la fabrication d’un prototype d’un jean 100% chanvre en passant bien évidemment par la filature, le tissage, la découpe et la couture… Ce jeans remporte ainsi le prix 2020 du coup de cœur du jury des trophées de la bio économie. L’association propose alors son produit à ses adhérents et clôture les commandes sur de nouvelles perspectives. Désormais elle passe de 12 ha à 15 ha d’essais, et peut désormais compter sur de nouveaux partenaires, dont la coopérative de teillage du plateau du Neubourg.

LCBio organise en janvier 2021 dernier une commission filasse chanvre, un rendez-vous de spécialistes. À juste titre, c’est la première en France depuis l’après-guerre.

Le transfert des technologies usitées dans la culture du lin.

Ces machines sont très spécifiques à la fibre longue et n’existent nulle part ailleurs sur le territoire que dans les bassins liniers.

La fabrication de la fibre longue de chanvre bio.

Après le fauchage des plans de chanvre, on les découpe en tronçon de 1 mètre. Ensuite on les couche en parallèle sur les lieux du fauchage. Ainsi donc les tiges de chanvre rouissent au champ grâce à l’alternance des pluies et du soleil. Les bactéries présentes dans l’eau dégradent plutôt les pectines. Les pectines et les hémicelluloses sont des molécules qui collent les fibres entre elles. Les fibres elles-mêmes se composent de cellulose.

Enfin, on les retourne, les enroule, les sèches, les teille avec des machines agricoles linières. Et au final, on obtient des fibres de chanvre de 80 cm à 1m pour la suite du processus.

La confection des fibres semi- longues ou encore des fibres cadrées.

Bien que les techniques et les différents procédés soient encore en phase de recherche et développement, les fibres de chanvre semi- longues sont moins exigeantes en terme d’allocation de ressources. Ainsi le producteur n’a aucunement besoin d’équipement spécifique. Ces fibres ne nécessitent pas la phase de parallélisation des tiges de chanvre au champ. C’est un gain de temps et d’énergie. Les faisceaux de fibres cadrées se filent pur. Toutefois on obtient des fibres moins fines que dans le cas des fibres de chanvre longue. En général, elles mesurent entre 25 et 40 centimètres.

La filage des fibres de chanvre bio courtes cotonnées.

De même, les fibres de chanvre courte n’ont pas non plus besoin de la parallélisation des tiges. Après le process de la séparation des fibres de la chènevotte, on hache et on affine le défibrage pour s’adapter aux filatures du coton. On obtient alors des fibres courtes. D’ailleurs, on les file en les mélangeant avec d’autres matériaux, en l’occurrence le coton. Ce procédé produit des faisceaux de fibres de 3,5 à 5 cm.

La fibre de chanvre bio dans l’histoire.

Dans la première décennie de la seconde moitié du XIXe siècle, en 1850 donc, le chanvre occupe 10 fois plus de surfaces qu’aujourd’hui. Sa présence dans le textile est forte. Juste parce que la fibre de chanvre a une grande longévité dans l’eau, la marine à voile en fait son matériau essentiel. D’autre part, le chanvre entre largement dans la confection des habits et du linge de maison dans les couches populaires.

À cette époque, les élites européennes n’ont d’yeux que pour la soie et tout le monde ignore quasiment l’existence du coton. La fibre de chanvre est effectivement omniprésente dans la société d’alors.

La machine à vapeur et les fibres synthétiques déclassent le chanvre bio.

Plus la société évolue, moins on a besoin de la force motrice animale et éolienne pour vaquer aux occupations quotidiennes. L’usage de la corde et de la voile tombe alors de plus en plus en désuétude économique. Ainsi donc les travaux sur la machine à vapeur de Denis Papin en 1690 marquent les prémices du déclin du chanvre. La rupture apparaît évidente avec l’avènement du moteur à explosion. Cependant les périodes de guerre et de conquête, notamment la ruée vers l’or maintiennent encore temporairement l’utilité pratique de la fibre de chanvre.

L’irruption disruptive du nylon.

Dès la fin du 18ème et début 19ème siècles le chanvre sort des collections vestimentaires au profit du coton. En 1935, la société Dupont de Nemours crée le nylon. Et là, c’est le coups de grâce fatal. Le nylon déclasse et supplante intégralement le chanvre. Ainsi, même dans cordage, le chanvre n’a plus sa place. Son bourreau et remplaçant dans les cordages pèse la même masse avant et après son séjour dans l’eau. Imputrescible, sans odeur, et élastique de surcroît. Le chanvre touche le fond et disparaît en Europe, sauf en France.

Les nouveaux débouchés.

La valorisation de la chènevotte par les acteurs du chanvre connaît un réel succès dans les années 1980. La chènevotte est léger et poreux ce qui diminue la concentration en germes pathogènes des stalles de chevaux de course. Son succès s’étend dès lors d’Enghien à Dubaï. La chènevotte, qui représente 55% du poids de la paille, passe du statut de sous-produit à celui-de coproduit de la fibre et de la graine.

Par ailleurs, elle intervient de plus en plus dans les systèmes de construction à isolation répartie et représente 0,3% du marché de la construction.

La fibre de chanvre bio conquiert de nouveaux marchés.

Le groupe Lacoste est dans des programmes de recherche ambitieux pour recréer une filière textile à base de chanvre en France. D’autre part, à partir des années 2000, les panneaux de fibres de chanvre se développent comme isolant de construction, parfaits substitut des fibres minérales, laines de verre, laine de roche. Ils représentent aujourd’hui un tiers des usages de la fibre. De même, elles s ‘intègrent de plus en plus dans des pièces de renfort pour l’automobile ,intérieur de portières, planche de bord, apportant légèreté et rigidité. Concrètement aujourd’hui, tous les véhicules de tourisme de la marque Peugeot intègrent du chanvre.

La graine de chanvre.

L’intérêt nutritionnel de la graine de chanvre fait consensus aujourd’hui. Car sa fraction protéique est très utile pour les régimes végétariens, et lipidique. Son ratio oméga 6 /oméga 3 de 4/1, est proche du ratio idéal qui est de 3/1. Par conséquent, la multiplicité des usages du chanvre sont un gage d’amélioration continue de la filière et une sécurisation des investissements vers la mise en place d’un modèle économique serein.

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte