LE CERVEAU EST

UNE MACHINE

ORGANIQUE

ET NATURELLE.

Néanmoins, d’un point de vue philosophique, le cerveau est l’organe qui perçoit, qui pense, et qui agit. C’est donc lui qui permet de donner un sens à la vie que nous menons.

Le cerveau avec ses 100 milliards de cellules nerveuses se compose de 75% d’eau et consomme 15 à 20% de l’énergie que notre corps produit.

Le cerveau est en marche du début à la fin, H24, 7/7 ; ne s’arrête guerre et rarement ne faiblit !

L’intelligence humaine avec à peine 20W de consommation, effectue des millions de milliards d’opérations à la seconde.

Le cerveau est le reflet de nos émotions.

Nos émotions sont sujets à notre état mental. Nos joies, nos tristesses, nos peurs, nos colères, nos dégoûts et surprises sont nos émotions de base. Les structures biologiques qui interviennent dans la production de ces émotions se situent au milieu du cerveau. Ce sont bien évidemment, l’hypothalamus, l’insula, le striatum, le cortex orbito- frontal etc.

L’ensemble de ces régions traitent les informations sensorielles et affectives, organisent les actions dans le temps, et planifient le comportement en fonction du contexte et de l’environnement social.

Quelles sont alors les corrélations entre nos émotions et les événements moteurs qui en sont l’expression ?

Le cerveau est le centre d’intégration et d’acheminement de l’influx nerveux.

Tout d’abord, les neurones communiquent entre eux par signaux électriques, appelés influx nerveux ou potentiels d’action. L’influx nerveux se propage le long de l’axone pour terminer son chemin au niveau de la terminaison synaptique. Plus la fréquence de celui-ci est importante, plus le neurone produit des substances chimiques : les neurotransmetteurs ou neuromédiateurs. Un axone est un prolongement d’une neurone.

Il existe plusieurs types de neurotransmetteurs. Certains sont des excitateurs comme le glutamate et d’autres des inhibiteurs, le GABA en l’occurrence.

Le cerveau s’éduque, apprend produit et mémorise.

Le glutamate n’est pas uniquement l’exhausteur de goût sous forme chimique (E620) dont abusent parfois les cuisines chinoises, africaines et l’alimentation industrielle. C’est aussi et surtout un puissant neurotransmetteur très actif au sein de notre système nerveux central. Toutefois, l’organisme génère lui-même du glutamate en plus de l’apport via l’alimentation.

Au contraire, le GABA est avant tout un inhibiteur. Il a deux types de récepteurs spécifiques à la surface des neurones. Par leur biais, le GABA renforce le potentiel électrique négatif de l’intérieur des neurones. Ceci induit une inhibition et réduit la probabilité que ces cellules s’excitent et transmettent de l’information sous forme de potentiels d’action.

Les connexions de notre cerveau sont dynamiques et évoluent constamment pour intégrer nos expériences de vie et nos apprentissages.

Le cerveau est une machine en activité continue.

Pour mémoire, les neurotransmetteurs jouent un rôle essentiel dans la transformation de signaux chimiques pré-synaptiques en signaux électriques post-synaptiques. Le signal électrique transmis par chaque neurone après activation est un élément clé de l’activité cérébral.

Parmi les neurotransmetteurs les plus connus, nous avons la dopamine, la sérotonine, l’histamine et l’acétylcholine etc.

Les neurones responsables de la production de la dopamine se situent quant à eux dans une région profonde du cerveau appelée la substance noire . Ils sont essentiels au contrôle du mouvement.

Nous pensons avec notre cerveau.

C’est l’organe du système nerveux central, vers où convergent, via la moelle épinière, l’ensemble des nerfs parcourant notre corps. C’est ainsi la tour de contrôle. Il reçoit des influx nerveux et commande en retour les mouvements corporels volontaires. Levez ! le bras, ceci est un partage de savoirs !

De même, il gouverne certains mouvements involontaires et vitaux, par exemple la respiration, l’ajustement de la température corporelle ou les battements de notre cœur.

Dans tous les cas, la créativité est primordiale. Elle nous permet de nous adapter à des situations et des problèmes nouveaux, et trouver des solutions à la fois inédites et efficaces. La créativité est notre capacité à produire une idée, un produit, un service, une œuvre, ou quelque chose etc. Manipuler et recombiner nos idées tout en inhibant les propositions inappropriées. Fixer dès lors des contraintes pour aboutir à de nouvelles associations d’idées spontanées. La créativité est essentielle à la survie.

Le cerveau dans le vivre ensemble.

Au niveau sociologique, le cerveau est le centre de contrôle du corps humain. Il gère l’organisme tout en se gérant lui-même. Nos pensées, nos rêves, que l’on soit entrain de faire du jogging, ou même de dormir, le cerveau a son mot à dire.

C’est un exemple d’ingénierie organisée en différentes parties connectées entre elles de façon très spécifique. Chaque partie du cerveau à des tâches particulières et précises à réaliser. Ceci fait de lui un processeur ultime. Il travaille en tandem avec le reste du système nerveux.

Le cerveau reçoit et envoie des messages dans une communication ininterrompue entre le monde extérieur et le corps humain. Le traitement de l’information sensorielle est une caractéristique fondamentale de notre cerveau. A tel point ! qu’il est crucial pour chacune de nos actions quotidiennes.

De fait, le cerveau est responsable de nos comportements, et donc de nos interactions avec les individus qui composent la société.

L’homme est doué de langage. Il est capable de comprendre une autre personne et lui répondre. Le passage de la pensée à la voix, du son au sens, découle d’un apprentissage sociétal, culturel et biologique.

Le cerveau est un mystère et justifie d’un intérêt scientifique croissant.

Le cerveau constitue un enjeu majeur car il renferme encore des zones d’ombre aussi bien dans son fonctionnement normal et pathologique que dans ses facultés d’adaptation.

Est-il pour autant nécessaire de percer les mécanismes de la genèse de nos facultés intellectuelles ?

Les humains, les animaux, les plantes sont des organismes hôtes. Car ils hébergent systématiquement une communauté de bactéries, de virus, de champignons microscopiques etc.

Ces micro-organismes trouvent en l’humain, une niche favorable à leur survie. Par exemple l’intestin et ou la peau sont des organes cibles de ces micro-organismes qu’on appelle plus communément le micro biote. Leur intérêt est grandissant dans la communauté neuro scientifique. Car on sait aujourd’hui que le micro biote influence directement le fonctionnement de notre cerveau.

Un cerveau maîtrisé pour une IA épanouie.

Dans un univers hyper compétitif et hyper concurrentiel, on ne peut améliorer que ce que l’on sait mesurer. Les projets réunissant l’Intelligence Artificielle et les neurosciences sont à leurs balbutiements malgré les quelques réticences ci et là :

  • les projets qui impliquent l’IA sont énergivores,

  • l’accélération des dérèglements climatiques ; toute chose égale par ailleurs ?

  • les réticences morales et sociétales etc.

Quel est l’organe le mieux protégé du corps humain ?

Le cerveau avec la moelle épinière constitue le système nerveux central, capable d’intégrer les informations, de contrôler la motricité et d’assurer les fonctions cognitives.

Il pèse environ 1,3 kg dont 75% d’eau et est l’organe le mieux protégé. D’une part parce qu’il baigne dans le liquide céphalo-rachidien, et réduit ainsi les effets des chocs. D’autre part il est recouvert par 3 enveloppes : les méninges.

Il consomme 15 à 20% de l’énergie produite par l’organisme, essentiellement du glucose. Un grand nombre de vaisseaux sanguins le parcourt pour assurer un important apport d’oxygène.

Petit voyage au centre du cerveau.

Le cerveau a 2 hémisphères (droit et gauche) réunit par le corps calleux. Chaque hémisphère cérébral est formé :

  • du lobe frontal, lieu du raisonnement, fonctions du langage, coordination motrice volontaire ;

  • du lobe pariétal, siège de la conscience du corps et de l’espace environnant ;

  • du lobe occipital, permettant l’intégration des messages ;

  • du lobe temporal, centre de l’audition, de la mémoire et des émotions, d’un cerveau limbique pour traiter les informations du lobe temporal

  • et de l’insula permettant de traiter la douleur, les odeurs et le goût.

  • Le cervelet contrôle l’équilibre et la coordination des mouvements.

  • et le tronc cérébral sert de point de passage entre les hémisphères cérébraux et la moelle épinière.

Et au cœur du cerveau.

Il y a 100 milliards de cellules nerveuses, les neurones, qui constituent un réseau câblé très précis. La myéline est la gaine protectrice présente le long des axones des neurones et qui permet la propagation de l’influx nerveux. Elle est formée de cellules gliales, 10 à 50 fois plus nombreuses que les neurones. Le cerveau contient également :

  • le cortex ou substance grise

  • la substance blanche

  • Il regroupe également 4 ventricules cérébraux, des cavités où circule le liquide céphalo-rachidien.

  • Enfin, au centre, les noyaux gris centraux. On les appelle encore les ganglions de la base. Ils s’impliquent dans le contrôle du comportement et dans l’apprentissage.

Le cerveau est une conscience du corps dans le corps.

Ainsi, scannons nous le corps humain. Ainsi, nous voyons le monde environnant avec nos yeux. Cependant c’est grâce à l’attention que nous en sommes conscients. En effet, l’attention est la capacité à détecter et à répondre à des signaux significatifs provenant de l’extérieur.

La conscience est également un état physiologique du cerveau lié directement à l’activité électrique du cerveau. Être réveillé ne signifie pas être conscient. Car, les états d’éveil sans conscience, les états végétatifs ou le coma, illustrent ces cas de circonstances.

Nos émotions commandent nos actes.

La prise de décision est la capacité à faire un choix en plaçant les options sur une échelle de valeurs de façon à sélectionner la meilleure. Peut être que tout est relatif, mais il y a aussi des valeurs absolues. Transformant dés lors, les valeurs négatives en valeurs positives. En définitive, de quand date la dernière prise de décision consciente de l’humanité ? Le cerveau continue de manipuler nos émotions.

L’arbitrage entre deux choix repose sur l’identification du prix et des bénéfiques de chacune des alternatives.

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte

Ok de-MEDEIROS.

SOURCES : https://institutducerveau-icm.org/fr/actualite/comprendre-le-cerveau-et-son-fonctionnement/ , https://www.frcneurodon.org/comprendre-le-cerveau/a-la-decouverte-du-cerveau/, https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-anatomie-et-examens/2709448-cerveau-anatomie-role-fonctionschema-maladies-probleme-examens-medecin-specialiste/, https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/biologie-cerveau-3125/

https://observatoire-des-aliments.fr/sante/le-glutamate-un-neurotransmetteur-majeur