INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET INNOVATIONS DISRUPTIVES.

FRANCE VALLÉE,

APPRENTISSAGE

ALGORITHMIQUE

ET RÉVOLUTION.

Pourquoi l’innovation est un enjeu pour les entreprises et est au cœur de la plupart de ses projets ? En novembre 2021, une étude de l’IEEE, Institute of Electrical and Electronics Engineers, annonce l’ intelligence artificielle catalyseur de la majorité des innovations dans les 5 prochaines années. De même, l’apprentissage automatique, le cloud computing et la 5G sont les technologies qui favorisent ces mutations à venir. Et en matière d’innovations, la France est cinquième au monde derrière les États-Unis, le Japon et la Chine.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives moteur de la révolution.

Et d’après le baromètre annuel de l’innovation de l’Office Européen des Brevets, OEB, la France se classe deuxième en Europe avec 10.537 demandes de brevets. Elle arrive ainsi derrière l’Allemagne. Et en matière d’innovations, la France est cinquième au monde derrière les États-Unis, le Japon et la Chine.

Selon le manuel d’Oslo de l’OCDE, Organisation de Coopération et de Développement Économiques, les innovations se classent en 4 catégories distinctes.

  • Les innovations de produit,
  • Ensuite les innovations de procédé,
  • Enfin les innovations d’organisation,
  • Et au surplus les innovations marketing, qui sont en lien avec tous les aspects de la commercialisation du produit ou service : conditionnement, communication globale, prix, etc.

Une innovation répond à un besoin des consommateurs.

En économie, l’innovation concerne, soit les caractéristiques d’un produit, soit son mode de fabrication ou de distribution ou encore soit l’organisation d’une entreprise. Innover c’est améliorer un produit ou un service grâce à une invention. Ainsi pour l’économiste Joseph Schumpeter, l’innovation c’est l’exploitation d’une invention.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, qu’est-ce-que l’intelligence artificielle ?

Selon le rapport de IDC, le marché mondial de l’intelligence artificielle atteint 342 milliards de dollars en 2022.

L’intelligence artificielle, IA, fait référence à des programmes informatiques, des systèmes ou des machines qui permettent de simuler des capacités humaines ou une forme de l’intelligence humaine pour effectuer des tâches. De plus, ces programmes informatiques peuvent s’améliorer en fonction de la collecte des informations par itération.

Trois entreprises françaises dans le top 50.

La France compte trois entreprises dans le top 50 de l’OEB, Office européen des brevets. L’équipementier aéronautique Safran se place au 33e rang mondial, +27,4% en terme de demandes de brevets.

Ensuite, nous avons le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, D’ailleurs, en 2021, le CEA était le numéro un mondial des brevets sur les technologies vertes. Et enfin Valeo, 500 demandes, grâce à une forte croissance de 28,2%.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, l’Île-de-France, principal pôle des demandes de brevets.

En France, l’Île-de-France concentre les deux tiers des demandes de brevets françaises. Et elle reste la seconde région la plus dynamique d’Europe, derrière la Bavière, Allemagne.

Champs d’interventions d’IA et exemples d’applications.

Par ailleurs, l’intelligence artificielle couvre aussi bien les neurosciences, l’informatique, le langage, que les mathématiques, la philosophie et les sciences cognitives.

Et nous pouvons les implémenter sur différents appareils à savoir les serveurs, les moteurs de recherches, les robots, les smartphones ou encore les enceintes connectées.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, le Métavers.

Effectivement, les GAFA, Google, Apple, Facebook, Amazon et les NATU, Netflix, Airbnb, Tesla, Uber sont au travail pour faciliter l’avenir du monde via des solutions innovantes. Ainsi, nous assistons par exemple à l’émergence du métavers.

En effet, il désigne un monde jumeau virtuel. On y a accès grâce aux technologies immersives en l’occurrence les lunettes virtuelles. C’est aussi une fusion entre le monde réel et ce monde virtuel connecté et persistant.

Les NFT.

Un NFT est un jeton unique qui ne peut pas être remplacé par un autre. En fait, c’est une ligne de code informatique. Et c’est aussi un certificat digital dédié à un seul objet ou une œuvre numérique. Le NFT valide l’authenticité de cet objet. Par ailleurs, c’est un jeton dématérialisé et sécurisé par la technologie blockchain, comme les cryptomonnaies. Tout et n’importe quoi ! On peut acheter des maisons, des œuvres d’art, et bien d’autres choses. En mars 2021, la célèbre maison de vente aux enchères Christie’s, vend un tableau sous format numérique pour 69,3 millions de dollars. De même une maison virtuelle sur la planète Mars de l’artiste américaine Krista Kim rapporte l’équivalent de 560000 dollars.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, le robot Ameca.

La Société Engineered Arts est le créateur du robot Ameca. En effet, ce robot est au cœur de débats et doit voir le jour courant 2022. Effectivement Ameca est capable de montrer des expressions humaines et naturelles. À savoir, l’étonnement, la confusion ou le sourire. De même, il peut faire le geste de bienvenue. D’ailleurs ce robot fait un tabac aux derniers CES, Consumer Electronic Show à Las Vegas. Tellement Ameca ressemble à un être humain, qu’il va révolutionner l’avenir du monde. Car il ouvre réellement le champ des possibles.

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte

Qu’est-ce-que l’IA symbolique.

Ici, c’est l’humain qui définit les règles de fonctionnement de l’algorithme. Cependant aujourd’hui, on utilise de moins en moins cette façon de faire.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, qu’est-ce- qu’un algorithme.

Un algorithme est une recette. C’est donc une suite d’instructions précises pour transformer des ingrédients, c’est-à-dire des données brutes en un plat précis, le résultat.

Le machine learning ou apprentissage automatique.

D’une part, dans ce cadre le programme apprend seul. Ainsi, il exploite des données, s’appuie à minima sur des algorithmes. Et il s’exerce donc à reconnaître des motifs, des images, des sons etc. Par conséquent, le machine learning utilise des réseaux neuronaux artificiels, pour imiter la façon dont les êtres humains prennent des décisions.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, le deep learning ou apprentissage profond.

D’autre part, le deep learning ou apprentissage profond se dérive du machine learning, apprentissage automatique. De fait, c’est un sous groupe de l’intelligence artificielle. Ici, chaque réseau neuronal se concentre sur une couche spécifique de la tâche à apprendre. D’ailleurs les réseaux neuronaux numériques sont des ensembles d’algorithmes qui s’inspirent de ceux des neurones biologiques.

L’apprentissage supervisé.

Au préalable le technicien associe des images, des sons ou autres aux mots qui les désignent. Ensuite, l’ algorithme s’entraîne sur cette base de données en effectuant une tâche, calcul, prédiction, identification d’un objet, création d’un contenu, etc. Enfin l’algorithme est capable de reconnaître une donnée similaire mais ne figurant pas dans la base d’entraînement. Par exemple, l’apprentissage profond, qui traite plusieurs couches successives de données, est une forme d’apprentissage supervisé.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, l’apprentissage non supervisé.

L’algorithme apprend seul en regardant des données sans étiquettes. Ainsi, il comprend par lui-même comment classer les données, et selon quels critères. De même il arrive à déterminer ce qui les rapproche de ce qui les différencie.

L’apprentissage par renforcement.

Ici, sans dire en quoi il agit bien ou il agit mal, le technicien envoie à l’algorithme des signaux positifs, qu’on appelle, récompenses ou des signaux négatifs. Ainsi, l’algorithme s’améliore au rythme des entraînements de renforcement. Et il adopte finalement le comportement requis à force de recevoir et de collecter les signaux. L’algorithme apprend, fait aussi des erreurs et donc progresse. Ce mode de progression est très proche de l’apprentissage humain. En tout état de cause, on les utilise pour les intelligences artificielles de jeu. D’ailleurs l’entraînement d’AlphaGo Zero de DeepMind se fait comme cela. Et c’est de cette manière qu’il apprend et dispute les parties du jeu de go.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, l’apprentissage par modélisation.

Dans ce cadre, sur une base d’ensemble de lois, de règles et de modèles de comportement, l’algorithme contextualise l’application des règles. Alors il prend une décision ou donne un résultat.

L’apprentissage incrémental.

Dans ce type de dispositif, l’algorithme embarque en local sur l’appareil, des capacités d’analyse et de stockage. Ainsi, il ne passe plus par des relais serveurs en l’occurrence distants. De fait, l’algorithme améliore ses calculs et prédictions en continu. Et à partir de données qui se mettent à jour en permanence.

Intelligence Artificielle et innovations disruptives, la stratégie de l’océan bleu.

Les chercheurs de l’INSEAD, Institut européen d’administration des affaires, W. Chan Kim et R. Mauborgne, caractérisent le concept en 2005. En effet, l’océan bleu s’oppose à l’ océan rouge, dans lequel la concurrence fait rage.

Il s’agit en fait de s’aligner sur le marché, de créer une demande nouvelle afin de pouvoir exister seul dans un environnement qu’on maîtrise et sans concurrence. Ainsi, la stratégie de l’océan bleu nous montre qu’on peut aussi innover en créant ou en modifiant un marché. Par conséquent, une innovation constitue un avantage compétitif pour l’entreprise.

Ok de-MEDEIROS

SOURCES : https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/intelligence-artificielle/qu-est-ce-que-l-intelligence-artificielle_137648, https://itsocial.fr/enjeux-it/enjeux-innovation/intelligence-artificielle/95-des-directeurs-it-affirment-que-lia-sera-le-moteur-de-linnovation-future/, https://itsocial.fr/enjeux-it/enjeux-innovation/intelligence-artificielle/95-des-directeurs-it-affirment-que-lia-sera-le-moteur-de-linnovation-future/, https://www.mieuxvivre-votreargent.fr/vie-pratique/2022/04/05/innovation-la-france-a-la-pointe-au-niveau-mondial/, https://www.lefigaro.fr/economie/les-concours-d-innovation-des-accelerateurs-de-particules-pour-la-croissance-20220307, https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/robot-barman-voitures-5g-les-innovations-les-plus-spectaculaires-du-mobile-world-congress-de-barcelone-1390774, https://group.bnpparibas/actualite/financer-les-innovations-de-rupture-un-enjeu-porte-par-bnp-paribas-a-hello-tomorrow, https://www.cnil.fr/fr/la-cnil-propose-un-nouveau-bac-sable-pour-accompagner-linnovation-numerique-dans-le-domaine-de, https://news.microsoft.com/fr-fr/2022/02/10/microsoft-met-linnovation-au-service-dune-economie-competitive-durable-et-inclusive/, https://www.maddyness.com/2021/11/08/france-is-ai-intelligence-artificielle-2-2-milliards/, https://www.actuia.com/actualite/les-trophees-de-linnovation-du-big-data-et-ai-paris-2021-recompensent-trois-projets/, https://www.innovant.fr/2022/01/06/quelques-innovations-technologiques-qui-marqueront-2022/, https://www.ecranmobile.fr/Marche-de-l-IA-Chiffre-d-affaires-jusqu-a-342-milliards-de-dollars-en-2022_a69777.html, http://www.freepik.com Designed by macrovector