MA MARQUE EN MISSION.

LA CIBLE EN IMAGE,

L’ACTIVITÉ ET LES VALEURS.

En 2021, l’INPI enregistre 113.070 dépôts de marques. C’est une augmentation de 6,5% par rapport à 2020. Par conséquent, c’est un marché hyper concurrentiel avec une disparité d’acteurs, de moyens et de ressources. Ainsi en 2022, une nouvelle marque sur ce marché compétitif, doit avoir une image de marque forte. De plus, si elle défend fermement ses propres valeurs intrinsèques alors elle peut fonctionner. Encore qu’il faille remplir les conditions préalables.

La loi PACTE du 22 mai 2019.

Elle propose aux entreprises d’être des sociétés à mission. D’avoir des raisons d’être. Car, la raison d’être est une expression de l’utilité sociétale de l’entreprise qui sera pour elle à la fois une boussole et un garde-fou… La raison d’être doit être pertinente, ambitieuse, structurante, impactanteLa loi n° 2019-486 du 22 mai 2019.

Ma marque en mission, les consommateurs motivés.

En France, le segment des consommateurs motivés par un but précis intéresse grandement les marques. Car ces derniers sont prêts à payer leurs achats jusqu’à 73% plus chers s’ils correspondent effectivement à leurs valeurs. En plus, c’est clair qu’après la crise sanitaire, la triptyque coût, commodité et valeur fait sérieusement bouger les lignes.

L’irruption des consomm’ acteurs.

Emmanuel Jusserand, responsable de l’activité conseil digital d’Accenture Strategy en France et au Benelux affirme que Les consommateurs sont devenus bien plus que des acheteurs et sont désormais des parties prenantes actives qui exigent d’être écoutées. Le moment est venu pour les entreprises de sortir de la passivité en s’emparant de ces sujets.

Ainsi, 56% des Français revendiquent les marques qui prennent position sur les enjeux sociétaux qui leur tiennent à cœur. D’autre part, ils sont 60% à trouver les entreprises qui communiquent sur leurs engagements plus attractives. Et 66% affirment que les valeurs et les actions des dirigeants d’entreprises influencent clairement leurs décisions d’achat. Au passage, l’utilisation de matériaux de qualité, 80%, le traitement des collaborateurs avec équité, 64% et le respect de l’environnement, 62 % sont d’autant de critères décisifs.

Ma marque en mission, le changement de paradigme.

De plus en plus d’acteurs joignent les actes aux paroles et autres déclarations. Car Nous vivons à l’ère de la transparence. Les consommateurs expriment leurs opinions et scrutent les actions des entreprises et de leurs dirigeants et les tiennent pour responsables. Ils savent identifier le manque d’authenticité et ne le tolèrent plus. Emmanuel Jusserand.

Qu’est ce qu’une image de marque ?

Une image de marque est la perception que se fait le public d’une organisation ou d’une entreprise. D’ une part, cette représentation se base sur des critères objectifs. À savoir la qualité du produit, son prix etc. D’ailleurs, le jugement subjectif des valeurs de la marque par le public fait intervenir des notions de réputation, de partage d’expériences, d’idées reçues, de publicité etc…

Ma marque en mission, redorer son image.

Surtout qu’aujourd’hui tout va vite. Il se peut qu’une marque aie besoin d’un lifting, de rectifier voire de corriger son image de marque. Rien ne se fige dans les capacités de rebondir d’une marque innovante et impactante. Donc parfois, après ses réajustements, l’entreprise ou la marque lance des opérations marketings ciblées pour se maintenir et enclencher de nouvelles phases de conquêtes. Ainsi grâce aussi à l’appui de ses partenaires et ou prescripteurs, blogueurs, influenceurs, journalistes etc, la marque peut de nouveau connaître un regain d’intérêt des internautes, clients ou prospects.

Connaître son marché.

Les études d’usages dans un monde où tout s’accélère. Et de toute évidence, le doute a de moins en moins sa place dans nos sociétés contemporaines. On améliore ses connaissances par une étude de marché efficiente. Par ailleurs, cette démarche consciente vient crédibiliser le projet ou encore formaliser l’idée de projet. Car elle atteste sa solidité et sa durabilité. Ainsi l’entrepreneur met les chances de son côté.

Ma marque en mission, nouvel entrant vs concurrents sérieux.

Par conséquent, la marque prédit les enjeux de son marché jusqu’à preuve du contraire. Néanmoins, dans le meilleur comme dans le pire des cas. Et concrètement sur le terrain l’entrepreneur pose les actes de ses réalisations professionnelles. Il côtoie donc son secteur d’activité.

La liste des entreprises.

Désormais, la marque observe la liste des entreprises présentes dans son champ d’action. Dès lors, la marque appréhende les services et ou les produits qu’elles proposent. Ainsi que leur politique commerciale. De même la marque étudie les tarifs qu’elles pratiquent. Et au fur et à mesure, elle met en place le benchmark de son marché.

Ma marque en mission, les trois grandes catégories de compétiteurs.
  • Premièrement les concurrents directs proposent des produits ou des services similaires, voire complémentaires à la marque.
  • Deuxièmement les concurrents indirects proposent un produit ou un service différent de ceux de la marque. Mais ils répondent aux mêmes besoins, identiques à l’expression de la clientèle de la marque.
  • Et enfin les futurs concurrents qui peuvent s’implanter sur le marché de la marque.
Atteindre son client idéal, son cœur de cible.

Afin de toucher son cœur de cible, on identifie son persona. Et éventuellement on élargie à sa cible principale. Le cœur de cible est dans une tranche d’ âge et a son sexe. D’autre part, il a un métier, des besoins, des points de motivation, des freins à l’achat, un lifestyle etc. Ce sont donc des attributs de ciblage des campagnes publicitaires de la marques.

Ma marque en mission, l’offre de la marque.

Ainsi pour parvenir à développer une offre au maximum, la marque doit dialoguer avec sa cible de base. Elle est sa préoccupation principale et son choix prioritaire. Dans la mesure où le persona représente le groupe de consommateurs qui s’intéresse réellement aux produits et services de la marque. Cette dernière de son côté, ne cherche pas à vendre à tout le monde. En définitive, la marque encre dans sa démarche, les freins à l’achat du persona. et les motivations à la consommation.

Prédire les tendances du marché.

À ce stade de son évolution, la marque est capable de mettre en place un plan de veille prospective. Ainsi elle peut anticiper les futures évolutions de son marché. Et par conséquent, définir et établir un produit compétitif. Afin d’atteindre ses objectifs, la marque :

  • étudie les offres de la concurrence,
  • travaille sur les comportement de consommation de son public cible. Quels sont ses désirs, ses goûts, ses valeurs ?, Quelles sont les émotions qui le traversent?
  • Analyse les études et enquêtes de consommation sur son segment. Scrute les innovations sur son secteur d’activité.
Ma marque en mission, le Chiffre d’affaire.

Encore une étape importante et indispensable. Avec les tendances du marché et le modèle économique des concurrents, la marque fixe ses prix de vente et dégage son chiffre d’affaire. Néanmoins, il existe des outils d’aide à la mise en place de ce chiffre :

Les ressources de la vision par ordinateur, le bon sens.

L’introduction du bon sens, dans la vision par ordinateur permet à l’Intelligence Artificielle d’interpréter les scènes avec plus de précisions. Car grâce aux travaux des chercheurs du MIT, l’IA apprend à percevoir les objets du monde réel et à recouper les objets détectés avec les données d’entrée.

La méthode de référence ou des référentiels.

La marque consulte les bilans publics annuels des entreprises concurrentes. De même elle analyse les études sectorielles de son activité pour obtenir une moyenne des chiffres d’affaire. De là, en fonction de la conjoncture économique et de ses clients directs, la marque établit un chiffre d’affaire prévisionnel.

Ma marque en mission, la méthode par questionnaire des intentions d’achat.

La marque soumet à ses clients directs un questionnaire relatif à la fréquence d’achat et les quantités achetées, au panier moyen et le prix psychologique. Par ailleurs, ce prix peut être un moteur ou un frein à l’achat. En même temps la marque fait parler de ses produits ou services, tout en récoltant des leads, des e-mails en l’occurrence. De la part du public qui se maintient et désire suivre l’évolution de l’entreprise.

La méthode des objectifs et parts de marché.

En fonction de la localisation géographique de son activité, la marque détermine son potentiel du marché, zone de chalandise, rue piétonne, centre commercial etc.

Ma marque en mission, la méthode du test ou méthode opérationnelle.

L’entreprise peut aussi se confronter concrètement au marché et tester la faisabilité de son projet. À juste titre, il existe des dispositifs et structures d’accompagnement. Ainsi, on peut citer le portage salarial, les Coopératives d’Activité et d’Emploi, CAE, les pépinières , les couveuses d’entreprises et le statut de micro-entrepreneur.

Le Marketing- Mix et plan de financement.

Après l’analyse de la clientèle et de la concurrence, la marque bascule dans le concret via la Mix- Marketing. Elle met ainsi en œuvre ses politiques de commercialisation, de communication et de fidélisation. Par ailleurs avec des objectifs clairs, atteignables et quantifiables, l’entreprise a toutes les chances de réagir au bon moment pour actionner tel ou tel levier.

Ma marque en mission, le produit et la règle des 4P.

Ici il est question de la proposition de valeur de la marque. Car les produits répondent effectivement aux besoins de la clientèle de l’entreprise. Ainsi s’accommode la règle d’or du Plaisir, Pratique, Pensée, Partage.

Les Prix.

Les prix doivent être acceptables, homogènes, simples, compréhensibles et rentables.

Ma marque en mission, la Politique de Distribution.

En effet, en fonction des habitudes d’achat de la cible, l’entreprise a le choix entre le mono canal, le multicanal et le cross canal.

La Politique de Communication.

Enfin, la marque peut porter les messages de sa cible. Et elle peut donc essayer de défendre sa raison d’être à coups de charges persuasives. D’autre part, la planification et la budgétisation de la stratégie de communication vont aider la marque à atteindre ses différents objectifs. Toujours est il que l’injection d’une bonne dose de Storytelling peut favoriser l’accueil de la marque

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Conditions Générales de Vente CGV.
J'accepte

.