DONNÉES DU WEB SÉMANTIQUE

LES TECHNOLOGIES

WEB 3.0 AXENT VOS

CLIENTS DANS LE

RÊVE DE BERNERS-LEE

D’abord, le Web 1.0 offre une expérience statique aux utilisateurs. Ensuite, le Web 2.0 grâce aux réseaux sociaux et aux sites web dynamiques, favorise la participation de vos utilisateurs et la production de contenus par les consommateurs. Cependant, votre autorité centrale détient la totalité des pouvoirs décisionnels. Enfin, le Web 3 s’empare des sujets de la propriété des données, des économies en ligne et de la décentralisation. Car, le Web 3 vise à transférer à vos utilisateurs le contrôle de leurs informations. Aujourd’hui, le Web 3.0 relève les limites du Web 3, puis crée un Web sémantique. Toutefois, les technologies du Web 3.0 sont de plus en plus présents dans le quotidien de vos utilisateurs. En l’occurrence, les assistants virtuels et conversationnels comme Siri, Alexa, ChatGPT, ainsi que la domotique. Au final, le web 3.0 se présente comme le futur d’Internet. Où, les sites web et applications traitent les informations d’une manière intelligente et parfaitement humaine. D’autre part, vos internautes ont plus de contrôle sur leurs données.

Les données du Web sémantique dans la vision de l’inventeur du World Wide Web.

J’ai un rêve pour le web [dans lequel les ordinateurs] deviennent capables d’analyser toutes les données du web : le contenu, les liens et les transactions entre les personnes et les ordinateurs. Un « Web sémantique », qui rend cela possible, n’a pas encore émergé, mais dans ce cas, les mécanismes quotidiens de commerce, de bureaucratie et nos vies quotidiennes seront gérés par des machines communicant avec d’autres machines. Tim Berners-Lee, 1999.

Le protocole Bitcoin et Satoshi Nakamoto.

Alors, dans son livre blanc sur la création du protocole Bitcoin, Satoshi Nakamoto expose le besoin de décentraliser pour redonner le pouvoir aux individus. En effet, le Bitcoin, c’est aussi la volonté de se soustraire à toute autorité centralisatrice. Donc, la démarche consiste à assurer et à maintenir des transactions à distance sans intermédiaires ni tiers de confiance. Le Bitcoin est par conséquent la première application concrète du Web3. Cependant, depuis son effondrement en juin 2022, le Bitcoin est en hausse de 1,4% et porte son taux de change à 27.576,68 euros le 13 avril 2023.

Les données du Web sémantique, la Blockchain et le Web3.

D’ailleurs, le Web 3 se base sur la Blockchain. Car, cette dernière permet de gérer des applications décentralisées et d’héberger vos sites web et vos applications sur des millions d’ordinateurs, etc. C’est pourquoi, Le Web 3, c’est prendre ce que le bitcoin a fait avec la monnaie et l’appliquer à tout. Juan Benet, Fondateur de Protocol Labs.

Le Web 3 et la supply chain.

Parmi les cas d’usage les plus usuels, vous avez la finance décentralisée et les NFT avec des applications dans les arts, la mode, la billetterie etc. Ensuite, la technologie de la Blockchain améliore et rend plus transparentes, dans l’industrie traditionnelle, la supply chain , les chaînes d’approvisionnement. Car, la transmission d’informations se fait sur un seul registre distribué et infalsifiable.

Le Web3 et le principe de la décentralisation devant les données du Web sémantique.

Afin d’atteindre ses objectifs et rendre le pouvoir aux utilisateurs sous forme de propriété, le Web 3 utilise des blockchains, des cryptomonnaies et des NFT. À juste titre, personne n’a le pouvoir de retirer toute propriété à vos utilisateurs. De même, la valeur qui se crée sur les plateformes, se distribue entre les créateurs et les utilisateurs des plateformes. En définitive, vos utilisateurs peuvent vendre ou échanger leurs objets sur des marchés ouverts. Toutefois, sans aucune intervention d’autorité ou d’intermédiaire de contrôle central.

Qu’est-ce que le web3 ?

Surtout, le Web 3 répond à la problématique de Tim Berners-Lee et promet un réseau dans lequel, les utilisateurs contrôlent leurs données. Et ce, grâce,

  • à des applications décentralisées,

  • à l’identité auto-souveraine qui permet à vos utilisateurs de choisir quels services peuvent ou non accéder à leurs données. De même, ils peuvent monnayer certaines de leurs informations,

  • à l’hébergement de vos sites web et applications sur des millions d’ordinateurs partout à travers le monde.

Une infrastructure de paiement natif dans les données du Web sémantique.

En revanche, tous les utilisateurs ont accès au Web 3. En outre, vos utilisateurs peuvent créer leur portefeuille, agir comme des entités numériques et effectuer des transactions. Donc, ils n’ont pas besoin, ni de stocker leurs informations, ni de créer de compte auprès d’un fournisseur de services centralisé. Par conséquent, vos utilisateurs ont le contrôle de leur portefeuille. Et souvent, ils exploitent le même portefeuille sur plusieurs blockchains.

Le caractère de la présentation des interactions du Web 3.

En effet, les environnements 3D, sont de plus en plus présents dans le quotidien de vos utilisateurs via les jeux vidéo 3D, par exemple. D’ailleurs, le Métavers est l’une de ces expériences 3D. Toutefois, les interfaces utilisateur et l’expérience utilisateur sont davantage plus intuitive et plus fluide pour les utilisateurs du web.

Les données du Web sémantique dans les économies numériques.

Toutefois, l’économie sur la Blockchain, vous permet d’évaluer et d’échanger facilement des biens, des services et du contenu en ligne. Sans avoir à fournir de données bancaires ni personnelles. Or, la data est au cœur des économies numériques. D’ailleurs, le modèle économique des GAFAM repose presqu’exclusivement sur l’usage, l’analyse et la revente des données personnelles de vos utilisateurs.

Un système décentralisé, sûr et trustless.

Et, puisque la Blockchain est le socle, le Web 3 est donc un système automatique, décentralisé et sécurisé pour obtenir et donner confiance à vos utilisateurs. Dans la mesure où, jusqu’au Web 2.0, toutes les valeurs du Web repose sur la confiance en une poignée de vos entreprises privées. Néanmoins, elles agissent dans l’intérêt du public.

La gestion de la censure et des libertés dans les données du Web sémantique.

Sauf que, sur le Web 2.0, les utilisateurs perdent leur réputation acquise, quand ils quittent vos plateformes. De plus, chacune de vos plateformes, peut bannir un utilisateur ou censurer un contenu sans explications préalables. Par contre, sur le Web 3, les publications de vos utilisateurs sont inviolables et inaltérables.

Le contrôle des données de vos utilisateurs sur le web 3.

Surtout, les données de vos utilisateurs restent sur la Blockchain. Donc, quand ils quittent vos plateformes, ils emportent leur réputation avec eux. Par conséquent, ils l’associent à des interfaces plus respectueuses de leurs valeurs. En définitive, aucune entité ou organisation gouvernementale ne peut suspendre les comptes des utilisateurs.

Les données du Web sémantique et l’Organisation autonome décentralisée, DAO.

Également, vos utilisateurs peuvent faire agir leurs jetons comme des parts dans une entreprise. Car, la DAO leur permet de prendre des décisions sur le futur de la plateforme. Ainsi, les DAO sont des contrats intelligents et automatisent la prise de décision décentralisée sur un ensemble de jetons.

Les limites du Web 3.

Malgré les nombreux avantages du Web 3 actuel, il existe encore de nombreuses limites que l’écosystème doit dépasser pour se développer. Notamment,

  • démocratiser l’usage de la technologie de la Blockchain,
  • développer une infrastructure fonctionnelle,
  • opérer un changement de mentalité,
  • et réglementer la censure, la fraude, la cybercriminalité etc.
L’accessibilité des données du Web sémantique.

De plus, le coût relatif des transactions reste encore élevé pour beaucoup de personnes et l’écosystème. Car, la consommation énergétique annuelle en 2021 du réseau Bitcoin s’estime entre 90 Twh et 160 Twh selon les études et les méthodologies. Contre 74,6 Twh pour le réseau Ethereum. Or, 1 Twh correspond à 109 Kilowattheure, kWh. Cependant, un sondage du Bitcoin Mining Council de 2021 révèle que 56% des dépenses d’énergie dans le minage sont renouvelables.

Votre offre d’expérience utilisateur.

Aujourd’hui, les interfaces utilisateur ne sont pas encore intuitives. D’autant plus que leur complexité apparente rend difficile la navigation et leur prise en main par vos utilisateurs.

La formation aux données du Web sémantique.

Sinon, autant que pour le passage du Web 1.0 au Web 2.0, le passage du Web 2.0 au Web 3 nécessite des efforts éducatifs d’ampleur. Car, le Web 3 introduit le paradigme de la Blockchain. En exemple, c’est la large diffusion de métaphores comme, autoroutes de l’information, navigateurs, surfer sur le web et les nombreux programmes télévisuels qui favorisent d’antan, le passage du Web 1.0 au Web 2.0.

Une infrastructure centralisée.

D’ores et déjà, vous identifiez les porte-drapeaux du Web 3. Non seulement, l’écosystème Web 3 est jeune, mais encore il change vite. Par conséquent, il se repose sur des infrastructures centralisées. En l’occurrence, Binance, Coinbase, Ledger , NGrave, OpenSea, Sorare, GitHub, Twitter, Discord, etc.

Les données du Web sémantique et les principaux acteurs de la tech.

Effectivement, le Web 3 répond aux problématiques du Web 2.0 via des applications décentralisées, dApps. De plus, les DApps et les données de la chaîne deviennent de plus en plus compatibles et interopérables. Enfin, Jack Dorsey, le cofondateur de Twitter, est à la tête de Block, une entreprise de services financiers liés à la Blockchain.

Les applications décentralisées, dApps et le projet Web 5.

De même, Jack Dorsey critique les technologies qui entourent la chaîne de block. Au final, il évalue la concentration du pouvoir déjà effective au sein du Web 3. Néanmoins, Jack Dorsey porte la solution du projet Web 5 qui permet aux développeurs d’utiliser des identifiants décentralisés, des justificatifs vérifiables et des nœuds Web décentralisés pour écrire des applications Web décentralisées.

Les données du Web sémantique, via la différence entre Web 3 et le Web 3.0.

En effet, Tim Berners-Lee avec son associé John Bruce, fondent la start-up Inrupt, pour rendre aux internautes la propriété et le contrôle de leur identité et de leurs données. D’après lui, le Web 3 est indépendant du concept du Web. Alors que, le Web 3.0 est une nouvelle couche de technologies. Donc, elle s’implémente au Web 1.0 et au Web 2.0.

Les particularités du protocole Web 3.

De plus, la technologie de la Blockchain ne s’adapte pas au projet Solid de la start-up Inrupt. Car les protocoles blockchains sont trop lents, trop chers et trop publics. Les stockages de données doivent être rapides, bon marché et privés. Tim Berners-Lee. Pour autant, le Britannique vend en juin 2021, le code source du premier navigateur Internet sous la forme de NFT pour 5,4 millions de dollars.

 
La décentralisation des données du Web sémantique.

Avant tout, le Web 3 est une réaction aux limites du Web 2.0. À savoir, la centralisation des données et des valeurs dans les mains de quelques géants du numérique. Toutefois, aux vus des promesses du Web 3, la technologie de la chaîne de block se révèle un élément clé dans l’évolution du Web 3. Quand , Tim Berners-Lee, l’inventeur à l’origine du World Wide Web, affirme que la décentralisation d’Internet ne passera pas par les blockchains. Web Summit, novembre 2022.

Le Web le lieu des innovations technologiques et d’usage.

Néanmoins, le Web est le lieu des innovations disruptives. D’autant les données disponibles explosent. D’autant l’IA fait d’immenses progrès. Dès lors, vos sites web et vos applications évoluent vers des expériences web plus personnelles et immersives.

L’Intelligence Artificielle en interface des données du Web sémantique.

En fait, l’Intelligence Artificielle est l’interface hommemachine. D’autant plus qu’elle renvoie à un tableau de bord ou à un clavier ou micro, qui permet à vos utilisateurs d’échanger avec une machine, un programme informatique ou un système.

L’Intelligence Artificielle et le Web 3.0.

Par conséquent, le web 3.0 permet d’optimiser l’exploitation des ressources de l’IA. Aujourd’hui, matures. Donc, l’objectif est de donner aux ordinateurs et autres machines, la faculté de se servir des informations comme vos internautes.

L’interprétation populaire des données du Web sémantique.

Ainsi, grâce au traitement du langage naturel, NLP, et à l’apprentissage automatique, vos utilisateurs interagissent avec vos applications par la voix, le texte ou d’autres interfaces de communication.

La qualité du balisage sémantique du Web 3.0.

Cependant, avec l’exploitation du Big Data, l’IA de par la contextualisation, arrive à mieux comprendre les requêtes de vos utilisateurs et à les présenter intuitivement.

Qu’est-ce que sont les données du Web sémantique ?

De même, le Web 3.0 provient du concept de Web sémantique du créateur du World Wide Web. En effet, cette version d’Internet se pose comme la suite du Web 2.0. Et c’est une toile de données qui peuvent être traitées directement et indirectement par des machines pour aider leurs utilisateurs à créer de nouvelles connaissances. Tim Berners-Lee.

Gavin Wood et le Web 3.0.

Donc, le Web 3.0 vise à créer des sites web et des applications web ouverts, connectés et intelligents grâce à une meilleure compréhension des données par les machines. Néanmoins, Gavin Wood, Fondateur de Polkadot et cofondateur d’Ethereum, utilise le premier le terme de Web 3.0. Dans la mesure où, le Web 3 est la prémisse et ouvre le champ des possibles du Web 3.0.

Les évolutions des données du Web sémantique.

Ainsi, le Web 3.0 se définit aussi comme une évolution du Web 2.0. Avec en plus de la décentralisation des applications, des apports de l’Intelligence Artificielle. Et, les points d’évolution se portent sur,

  • l’expérience immersive avec le Métavers,

  • la connectivité via les métadonnées sémantiques,

  • la disponibilité des applications de partout, donc la portabilité de l’écosystème dans un réseau global d’informations etc.

Les avantages des données du Web sémantique.

D’abord, la décentralisation est essentielle dans le Web 3.0. Donc, vous maintenez, une meilleure intégrité de données des vos utilisateurs et la disponibilité de vos services. Ensuite, la décentralisation du stockage des data center, permet de multiplier les points de sauvegardes. Ainsi, vous prévenez des cas d’accidents ou de pannes serveur.

Vous renforcez la confidentialité des données de vos clients.

De plus, vous augmentez encore plus la confidentialité de vos échanges. Car, vos utilisateurs contrôlent leurs données. Enfin, vous optimisez le traitement de vos données grâce à l’IA. Afin, d’améliorer l’expérience de vos utilisateurs.

L’avenir des données du Web sémantique et le Web 3.0.

En effet, Gavin Wood, co-fondateur d’Ethereum, met en place les prémisses du Web 3.0 après le lancement d’Ethereum en 2014. Désormais, avec le Web 3.0, les algorithmes utilisent les données pour améliorer et personnaliser l’expérience d’achat de vos clients. D’ores et déjà, le Web 3.0 s’appuie sur des technologies du futur. À savoir, les logiciels libres d’IA, l’Internet des objets, IoT, etc.

Vos utilisateurs produisent du contenu depuis le Web 2.0 en 2004.

Par contre, en 2004, émergent les médias sociaux. Le Web 1.0 marque alors son passage au Web 2.0. De même, vos utilisateurs se regroupent autour de vos marques dans les réseaux sociaux. Désormais, sur vos plateformes, vos utilisateurs génèrent et partagent du contenu.

Les données du Web sémantique à l’assaut de l’infrastructure centralisé du Web 2.0.

En plus, une véritable interaction s’installe entre vos consommateurs sur Wikipedia, Facebook, Twitter, Amazon etc. Au final, une poignée de grandes entreprises contrôle une quantité colossale du trafic et de la valeur générée sur le web. Or, la publicité est le modèle économique du Web 2.0. Et, les utilisateurs ne sont pas propriétaires de leur production de contenu. Pour conclure, le Web 2.0 est un Internet dynamique, participatif, interactif et communautaire.

Les données du Web en lecture seule entre 1990-2004.

Cependant, en 1989, au CERN, à Genève, Tim Berners-Lee imagine créer des protocoles ouverts et décentralisés qui permettent le partage d’informations depuis n’importe où sur Terre. Ainsi, l’auteur et concepteur de sites web Darci DiNucci, invente en 1999 le terme Web 1.0 pour caractériser l’Internet originel.

Aux origines des données sémantiques du Web 1.0.

En effet, à ses origines, au début des années 1990, l’offre Internet se porte sur des sites web en pages HTML statiques pour exclusivement afficher les informations. De plus, l’utilisateur n’a aucun moyen de modifier ou de télécharger les données. Néanmoins, les messageries de Chat et les forums animent les interactions sociales.

La vision du W3C des données liées.

En définitive, le Web 3.0 favorise le travail utile des ordinateurs. Dès lors, vos systèmes prennent en charge, les interactions fiables sur le réseau. En réalité, le Web sémantique fait référence à la vision du W3C du Web des données liées. Par conséquent, les technologies du Web sémantique permettent à vos utilisateurs de créer des magasins de données sur le Web. De même, vous créez des vocabulaires et vous écrivez les règles de gestion des données.

L’essor des données des objets connectés du Web sémantique.

Donc, selon l’édition 2022 du nouveau baromètre du numérique de l’Arcep, 40% des Français ont au moins un objet connecté dans leur foyer. D’ailleurs, l’année 2022 décompte 14,4 milliards d’objets connectés à l’échelle mondiale, d’après le cabinet d’études de marché américain IoT Analytics. Et, en France, l’Ademe et l’Arcep estiment à 244 millions le nombre d’objets connectés.

Les données du Web sémantique de la maison intelligente connectée.

Avec le Web 3.0, le concept de Web ambiant, omniprésent et transparent est de plus en plus tangible. Car, qu’ils soient, vos utilisateurs ont accès à leurs données, peu importe le terminal connecté. En fin de compte, leur maison intelligente peut utiliser leurs informations, et bien plus encore, pour leur créer des expériences personnalisées

Komla Enyonam de-MEDEIROS.

Sources :

https://bigmedia.bpifrance.fr/news/le-web3-a-t-il-trouve-sa-place-au-sein-des-entreprises-francaises, https://www.lopinion.fr/economie/comprendre-le-web3-comment-ca-marche-et-pourquoi-ca-peut-tout-changer, https://www.capital.fr/crypto/jeux-dargent-une-loi-sorare-pour-reguler-le-web3-1464403, https://fr.cryptonews.com/exclusives/le-japon-envisage-de-creer-un-environnement-plus-convivial-pour-la-crypto-et-le-web3.htm, https://journalducoin.com/actualites/sk-planet-avalanche-coree-du-sud-web-3, https://www.maddyness.com/2023/03/27/web2-web3/, https://www.surf-finance.com/microsoft-pas-geant-web-3.html, https://coins.fr/web3-sujet-emergent-technique-mais-prometteur/, https://theconversation.com/a-laube-dune-nouvelle-ere-pour-internet-voici-ce-quil-faut-savoir-sur-le-web3-200957, https://www.fredzone.org/hong-kong-renoue-avec-le-web3-ara356, https://indigobuzz.fr/2023/04/web3-et-le-metaverse-sont-toujours-a-la-mode-dans-lindustrie-technologique-ne-dites-pas-crypto.html, https://solutions.lesechos.fr/tech/c/le-droit-maillon-faible-du-web3-36588/, https://journalduluxe.fr/fr/business/lvmh-evenement-interne-web3, https://www.entreprendre.fr/le-renouveau-du-web-3-0/, https://www.forbes.fr/business/la-protection-des-donnees-dans-le-web-3-deja-une-realite/, https://www.influencia.net/la-promesse-du-web-3-0-redonner-aux-utilisateurs-plus-de-controle-sur-leurs-donnees-personnelles/, https://web3.foundation/about/, https://www.w3.org/standards/semanticweb/, https://www.free-work.com/fr/tech-it/blog/actualites-informatiques/web-3-0-quest-ce-que-ca-change, https://gavwood.com/dappsweb3.html, https://academy.binance.com/fr/articles/the-evolution-of-the-internet-web-3-0-explained, https://www.journaldunet.fr/web-tech/dictionnaire-de-l-iot/1498593-marche-de-l-iot-en-france-tous-les-chiffres-20230118/, https://ethereum.org/fr/web3/, https://www.capital.fr/crypto/le-web3-vers-une-nouvelle-norme-1461468, https://www.copadata.com/fr/produits/zenon-software-platform/visualisation-controle/quest-ce-qu-une-ihm-interface-homme-machine-copa-data/#:~:text=IHM%20signifie%20interface%20homme%2Dmachine,programme%20informatique%20ou%20un%20syst%C3%A8me., https://www.adan.eu/publication/les-protocoles-blockchain-et-leur-empreinte-energetique/, https://finance-heros.fr/web3/, https://fr.freepik.com/photos-gratuite/concept-hebergement-site-web-domaines_26412533.htm#page=5&query=web%203%200&position=11&from_view=search&track=ais>Freepik